Réactions officielles

1) La réaction du Snalc

Le Snalc, reconnu par la presse comme « le premier à être monté au créneau » dans l’affaire note2be, a apporté un soutien sans faille à la pétition lancée contre note2be.com et à la lettre ouverte envoyée au ministre. Il est également le premier syndicat à avoir saisi la Cnil, et ce pratiquement dès l’ouverture du site. La rapidité et la force de son action sont indéniables sur ce dossier.

La rubrique actualités du Snalc (http://www.snalc.fr/actu_agenda.tpl) comporte plusieurs communiqués relatifs à note2be, et nous vous invitons naturellement à les consulter. Parmi eux, en voici un qui met l’accent sur l’absence de réaction des hommes politiques, qu’on a déjà vus plus prompts à s’exprimer sur les problèmes rencontrés par d’autres corps de métiers.

Note2be.com : à quand une VRAIE réaction politique?

Le SNALC-CSEN, second syndicat le plus représenté chez les professeurs des lycées et collèges, constate avec regret que note2be.com est de retour sur le net.
Malgré ses nombreuses actions et interventions, le SNALC-CSEN constate qu’aucun homme politique, de gauche comme de droite, ne s’est clairement exprimé sur ce site controversé qui fait l’objet de nombreuses réclamations et d’un contrôle de la Commission Nationale Informatique et Libertés, contrôle initié par le SNALC-CSEN le 5 février dernier et demandé hier par un autre syndicat important.
Le SNALC-CSEN aimerait bien comprendre comment nos dirigeants peuvent ignorer les conséquences de telles pratiques sur un corps professoral sans cesse attaqué et soumis, lui, au devoir de réserve. 
Le SNALC-CSEN aimerait bien comprendre comment nos dirigeants peuvent ignorer la souffrance qu’endureront un professeur et sa famille, pour des mauvaises notes jetées à la vindicte populaire.
Le SNALC-CSEN aimerait bien comprendre comment nos dirigeants peuvent ignorer les dérives possibles de ces notes « pédagogiques », du délit de sale gueule aux sentiments aux pires relents…
Dans la longue attente du relevé de conclusions de la CNIL, le SNALC-CSEN encourage les professeurs à signer massivement la pétition initiée par contrenote2be.unblog.fr, et demande instamment à tout professeur cité sur note2be de faire valoir  son droit de suppression.
Le SNALC-CSEN en appelle à tous les républicains, s’il en reste, pour leur demander de sauver l’Ecole de la dérive anglo-saxonne dans laquelle l’enlisent ces irresponsables qui souvent, lui doivent tout.
                                                                                                      Paris, le 13 février 2008

2) Communique de presse SNES-Fsu

Le SNES (Fsu) a publié le 12 février le communiqué de presse suivant, qui fait suite au communiqué paru dès le 06 février 2008 :

« Note2be »

Le site web « note2be » ouvert depuis plusieurs jours permet aux élèves de noter en ligne leurs enseignants nominativement. Cette évaluation publique fondée sur des jugements personnels et subjectifs ouvre la porte à tous les excès et risque vite de s’apparenter à une dénonciation publique, voire la diffamation.

De nombreux collègues ont alerté le SNES constatant la facilité avec laquelle chacun peut écrire n’importe quoi sur n’importe qui. La Fsu a manifesté le 6 février sa forte désapprobation devant ce qui ressemble à un « lynchage public » et s’est adressée au Ministre pour qu’il examine les mesures à prendre.

Le 12 février le site continue de fonctionner.

Le SNES réinterpelle le Ministre sur cette question, tenu en tant qu’employeur de protéger les personnels, et en attendant une réaction de sa part, prend la décision de saisir la CNIL.

Paris le 12 février 2008

 

3) Réaction du ministre Xavier Darcos

Xavier Darcos, ministre de l’Education nationale, a pris connaissance de l’information relative à l’existence du site Note2be, sur lequel des professeurs de l’Education nationale sont nominalement évalués et notés par des élèves.

Le ministre condamne avec fermeté l’ouverture de tels sites et tient à rappeler que l’évaluation des professeurs et leur notation sont du ressort exclusif de l’Education nationale et plus précisément, des fonctionnaires habilités pour le faire : les inspecteurs et les chefs d’établissement.

La CNIL a déjà été saisie de l’existence de ce site. Lorsque son avis sera connu, le ministre prendra les mesures qui s’imposent.

Dans l’attente, il apporte son soutien total aux enseignants dont la mission difficile ne saurait  faire l’objet d’atteintes anonymes sur Internet.

14 Réponses à “Réactions officielles”

1 2
  1. Mushroom dit :

    Ah, quand même !

  2. Luk Sk dit :

    Enfin…

  3. Luk Sk dit :

    Ou plutôt: ah! Enfin!

  4. Emmanuel dit :

    Ou plutôt, ah, quand même, enfin !!

  5. Sunshine. dit :

    « Dans l’attente, il apporte son soutien total aux enseignants dont la mission difficile ne saurait faire l’objet d’atteintes anonymes sur Internet. »

    On jurerai une déclaration du colonel Trottman dans « Rambo » !

  6. contrenote2be dit :

    Sunshine, on n’a vraiment pas besoin de votre adresse-mail pour reconnaître que vous êtes Victor.

  7. chevrier dit :

    On se croirait au temps des chemises brunes; dénoncez, dénoncez et vous serez considéré .
    j’apporte mon soutient total aux enseignants

  8. bibi dit :

    le mamouth n’aime pas qu’on le chatouille…

    le vent tourne et les profs ne sont plus tous-puissants pour faire régner l’injustice, vite les Syndicats, la CNIL, le Ministre, on fait rien qu’a nous embéter!

    Si vous êtes trop mal noté en tant que prof, le mieux est peut-être de quitter l’éducation nationale tout simplement.

    pensez-y…

  9. Jean-Baptiste dit :

    COMMUNIQUE DU 13/02/08 du SIES (Syndicat Indépendant de l’Enseignement du Second degré)
    COMMUNIQUE DU 13/02/08 du SIAES (Syndicat Indépendant Académique Aix Marseille de l’Enseignement du Secondaire) Deuxième syndicat dans l’académie d’Aix Marseille pour les corps Certifiés + Agrégés + EPS

    http://www.note2be.com : Prends le pouvoir, note tes profs !
    Jeu de massacre en ligne de fonctionnaires lâchés par leur administration et les politiques.

    Le site http://www.note2be.com a été lancé sur internet fin janvier. Le slogan s’affichant sur la page d’accueil suffit comme programme : «Prends le pouvoir, note tes profs!».
    Les élèves, mais aussi les parents d’élèves, peuvent s’inscrire sur le site, donner des noms de professeurs et les noter (de l’Ecole maternelle au Supérieur nul n’est épargné).
    Ce site comprend également un forum sur lequel les aigris rêvant de casser du prof peuvent s’en donner à cœur joie en ouvrant un compte et vomir leur haine.
    Un certain nombre de collègues ont leur nom qui figure sur ce site et se retrouvent notés et médiatiquement lynchés.
    Tout ceci dans la quasi indifférence de notre administration et des politiques !
    Le SIES – CAT Education a adressé un courrier au Recteur de l’Académie d’Aix Marseille, aux Ministres de l’Education Nationale et de la Fonction Publique ainsi qu’au Président de la République leur demandant, dans le cadre de la « protection juridique du fonctionnaire », de défendre leurs agents et de tout mettre en oeuvre pour faire en sorte que ce site (ou tout autre poursuivant les mêmes finalités) soit fermé et les responsables poursuivis en justice.
    Si votre nom apparaît sur ce site, nous mettons à votre disposition la procédure à suivre pour qu’il en soit retiré.
    Enfin, vous trouverez notre analyse et nos propositions pour riposter contre cette nouvelle attaque en règle du Service Public d’Instruction et d’Education et des professeurs, notamment le boycott des sociétés et leurs marques qui achètent des espaces publicitaires sur ce site et une campagne de lobbying pour faire pression sur ces mêmes sociétés.

    http://www.siaes.com

    http://www.sies.fr

    Lien vers leur analyse et leurs propositions + Procédure pour exiger le retrait de votre nom du site http://www.note2be.com + Liste des sociétés et de leurs marques à boycotter et à contacter :

    http://www.sies.fr/courriers_publications/communiques/note2be_sies_procedure.pdf

  10. Roland dit :

    le moins qu’on puisse dire c’est qu’il était temps de lancer un débat public sur la qualité de l’enseignement dans l’EDUCATION NATIONALE.

    - Les élèves et parents d’élèves pointent l’incompétence des profs.
    - Les profs dénoncent le niveau médiocre des éléves.
    - Les éléves rétorquent qu’ils sont nuls parceque leurs précédents profs étaient nuls.(Reste au fond de la classe et ne dérange pas les autres)
    - Les profs dénoncent alors le système et le manque de moyens.
    - Le système fait le canard.
    - Les jeunes sont en echec, mais on leur accorde le bac à 80% histoire que tout le monde soit content.

    Les jeunes n’ont plus qu’a bosser pour :

    - Payer les retraites des seniors
    - Rembourser la dette économique
    - Payer leurs impots
    - Accessoirement partir travailler à l’étranger s’il ont un minimum de neurones.

    mmm Qu’il fait bon être un jeune en 2008 !

1 2

Laisser un commentaire