Une société qui « note pour exister »

1) Note2be aux Etats-Unis

Pour celles et ceux qui ne l’auraient pas vu, voici le reportage diffusé dimanche soir sur TF1 à l’occasion du verdict rendu le 3 mars au sujet de note2be :

http://videos.tf1.fr/infos/media/jt/0,,3729679,00-note2be-com-version-americaine-cartonne-.html

Visionnez-le par vous-mêmes pour vous rendre compte de la gravité de ce sujet, dont note2be essaie de nous faire croire qu’il faut le traiter avec humour et légèreté. (TF1 use d’ailleurs d’un ton badin et enjoué, particulièrement incongru dans ces circonstances).

Selon ce reportage, aux Etats-Unis, noter ses professeurs serait « une pratique devenue populaire ». La présentatrice précise que « tous les professeurs » du pays sont « répertoriés » sur ce site.

2) Une enseignante dénigrée pour son obésité

L’exemple de Barbara nous est donné dans ce reportage : c’est une enseignante qui est mal notée. Pourquoi ? Parce que « ce n’est pas vraiment une prof, c’est plutôt le genre ouvrez-le-livre-et-apprenez-le-tout-seul ». Et surtout parce qu’ « elle est obèse, et elle fait de l’éducation à la santé, on devrait la virer sur-le-champ » dit le « journaliste », reprenant mot pour mot les termes écrits sur le site américain au sujet de ce professeur.

Selon ce message d’élève, il faut donc renvoyer cette enseignante et lui mettre de mauvaises notes parce qu’elle est obèse !

3) « Un fils d’enseignant qui regarde les notations de sa mère »

Mais l’interview la plus révélatrice est celle du créateur du site américain, Michael Hussey, « un fils d’enseignant qui regarde aujourd’hui sur internet les notations de sa mère ». Celle-ci fait bien son métier, car elle est « sympa et marrante » : c’est là, paraît-il, la définition du bon professeur. Michael Hussey se félicite, lui, de « mettre la pression sur les professeurs ». Il explique que « l’administration doit se poser des questions » au sujet des professeurs qui obtiennent de mauvaises notes.

Voilà donc la société telle que la souhaite note2be : une enseignante obèse dénigrée pour son obésité, un fils qui consulte sur internet les notes que les élèves mettent à sa propre mère, et des enseignants sous la pression d’un site personnel et de votes anonymes.

Le jugement rendu le 3 mars par le TGI de Paris et les conclusions que la Cnil rendra publiques le 6 mars constituent bien des moments capitaux pour notre société.

56 Réponses à “Une société qui « note pour exister »”

1 2 3 4 6
  1. Muyaa dit :

    Je trouve ça un peu stupide de supprimer le site personnellement…

    Et puis surtout, votre argumentation pour justifier cette censure est quand même très subjective…C’est sûr qu’il y aura toujours des petits rigolos qui vont faire des commentaires désobligeants et pas vraiment constructifs, il faut s’y attendre.
    Mais il y a des milliers d’autres enfants/ados qui ne sont pas aussi idiots, et balancer sur le site 2 ou 3 exemples négatifs en basant sa pétition sur cela, c’est quand même un peu…Bourrage-de-crânien?

    Et, avec ce site ou pas, certains élèves dénués de bon sens iront toujours affirmer qu’ »il faut virer un prof » parce que tel est obèse ou tel n’est pas sympa…

    Laissez nous donc noter les profs! En cours nous n’avons pas ce genre de liberté, et c’est le seul site qui nous permet de nous retirer un peu de la contrainte scolaire (nous nous faisons noter sans cesse sur nos capacités, nous recevons les appréciations des professeurs devant les autres élèves, nous nous faisons juger au conseil de classe…) et du mythe du professeur « qui a toujours raison » (ce qui n’est pas toujours le cas, j’en sais quelque chose…).

    Contentez-vous de vous arranger pour supprimer les commentaires très négatifs voire insultants et laissez les autres s’exprimer!

    Peace.

  2. Romain dit :

    @Izy : plutôt qu’une envolée prosaique (prof de philo? de lettres? pseudo) j’aimerai un argumentaire clair et précis de ce que vous avancez… Avez-vous vécu aux Etats-Unis pour vous permettre de juger un pays de cette façon?

    J’adore les profs qui montent aux créneaux quand ils sont jugés par les élèves, et la façon que vous avez de juger les autres vous-mêmes :) Encore un privilège que vous refusez de perdre ?

  3. Florent dit :

    Avez-vous été prof pour les juger de cette façon. Pardonnez-moi, mais vos arguments, c’est de la merde par paquets de 10 !

    J’en ai marre d’entendre les éternelles conneries sur les privilèges de l’EN : des privilégiés, des sadiques, des pervers… pourquoi pas un réseau de pédophiles encore ?

    Allez passer une semaine dans une classe en ZEP, et après on en reparlera… Allez si vous n’avez pas mieux à dire, retournez à vos Etats-Unis et laissez-nous défendre ce qui fait de la France (pour combien de temps encore ?) un modèle de démocratie et de valeurs républicaines sereines !!!

  4. Izy (ex Isa) dit :

    @Romain
    Je ne juge pas un pays. Je juge une idéologie consumériste et mercantile capable de toutes les dérives et même de transformer un grand pays de tradition démocratique comme les USA en très regrettable démagocratie.
    Je suis sûre que les jeunes américains qui sont venus libérer l’Europe et mourir sur les pages de Normandie ou dans la forêt des Ardennes seraient d’accord avec moi. Leur sacrifice n’aurait d’ailleurs aucun sens s’il s’était agi de venir imposer chez nous la « liberté » de développer des sites dont le principe repose sur la délation et autorise la diffamation, toutes méthodes tout juste bonnes pour le régime de Vichy.

    Quant aux statistiques sur la criminalité aux US, elles sont publiques; voyez le Monde du 29/02/08 :

    http://abonnes.lemonde.fr/archives/article/2008/02/29/plus-d-un-adulte-sur-cent-derriere-les-barreaux-aux-etats-unis_1017100_0.html

  5. HOSTA dit :

    Je comprends que les professeurs se défendent à propos de ce site mais je vois qu’ils ont beaucoup plus d’emphatie pour leurs collègues qui ont été ciblés par les élèves mais je n’ai jamais rien vu ou entendu sur la défense des élèves humiliés en classe (j’ai entendu plusieurs fois des professeurs se moquer des élèves « enrobés »), j’ai 43 ans et entre mes souvenirs d’enfance, ceux de mon mari et ceux de mes trois enfants je pourrais écrire un bouquin…. un exemple un prof de math, à un élève en grande difficulté dans cette matière devait se mettre debout sur une chaise faire tourner ses bras et dire qu’il était con comme un avion plusieurs fois, ou en 3ème un professeur de français désespérée devant le niveau de la classe leur avait dit qu’ils étaient tous nuls et que pour elle aucun élèves devraient passer en seconde, effectivement ma fille pourtant bonne élève arrivait à peine avec ce prof à avoir 10 de moyenne pourtant elle a eu 17 à l »écrit au bac et elle est aujourd’hui en école sup de commerce. Je suis parents d’élèves (peep) et de nombreux parents m’appèlent pour me citer des remarques et reflexions mais nous n’avons aucun pouvoir je n’ai jamais vu aucun professeur sanctionné pour des abus de language ou d’autorités. Par contre, des adultes qui gardent de profonds amertunes pour leurs années d’école sont légions…..

  6. contrenote2be dit :

    Note2be n’apportait cependant aucune solution à ces problèmes.

  7. lycéenpaspigeon dit :

    quand j’étais petit , on m’a appris :

     » quand un monsieur que tu ne connais pas t’offre des bonbons , faut pas accepter « 

  8. François Paul dit :

    Pour le professeur obèse :

    Votre professeur de physique ne sait pas faire des expériences. Est-il un bon prof ?

    C’est la question. L’obésité en elle même n’a rien à voir. Ici, la personne est obèse et donne des cours sur la santé… plutôt étrange, non ?

  9. Saperlip0pette dit :

    Izy ex Isa : arretez avec vos clichés sur les usa !!! Allez faire un tour la bas au lieu de débiter vos conneries a la chaine !

  10. Saperlip0pette dit :

    J ai eu un prof d eps avec abdos kronenbourg qui fumait sa clope en nous regardant courir … Cette image résume bien la mentalité de certains professeurs …

1 2 3 4 6

Laisser un commentaire