• Accueil
  • > Note2be : un site dangereux

Archive de la catégorie ‘Note2be : un site dangereux’

Le Snalc relance son action contre Note2be.

Samedi 11 octobre 2008

Le SNALC-CSEN (FGAF), second syndicat le plus représenté de l’enseignement secondaire, a récemment publié deux importants communiqués de presse sur son site au sujet du site note2be.

Le syndicat a écrit au mois de septembre à la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (C.N.I.L.) pour lui demander de faire fermer de façon immédiate le site note2be.com. Selon le SNALC-CSEN,  la configuration informatique du site permet à toute personne qui s’y connaît un peu en informatique, d’accéder aux données concernant n’importe quel professeur inscrit sur le site note2be par ses élèves ou par des parents d’élèves.

Le Snalc s’étonne de « la légèreté avec laquelle le site a été élaboré puis transformé ». Le syndicat déclare que, « malgré les attaques dont il a été l’objet de la part du concepteur de note2be », il continuera à lutter contre « le libéralisme sauvage qui tente d’envahir l’Ecole », et dont note2be est l’un des exemples les plus flagrants.

Le SNALC-CSEN souligne notamment le danger que peut constituer un fichier où les professeurs sont référencés (en l’occurence par leurs propres élèves), et dont les données sont aisément accessibles pour ceux qui ont une bonne maîtrise de l’outil informatique. Le SNALC-CSEN demande donc à la CNIL la fermeture immédiate du site note2be.com.

 Le SNALC demande enfin au ministre de faire un « vrai geste » à l’encontre de ce site, et de s’adresser officiellement à M. Cola pour qu’il ferme définitivement note2be. 

Une société qui « note pour exister »

Lundi 3 mars 2008

1) Note2be aux Etats-Unis

Pour celles et ceux qui ne l’auraient pas vu, voici le reportage diffusé dimanche soir sur TF1 à l’occasion du verdict rendu le 3 mars au sujet de note2be :

http://videos.tf1.fr/infos/media/jt/0,,3729679,00-note2be-com-version-americaine-cartonne-.html

Visionnez-le par vous-mêmes pour vous rendre compte de la gravité de ce sujet, dont note2be essaie de nous faire croire qu’il faut le traiter avec humour et légèreté. (TF1 use d’ailleurs d’un ton badin et enjoué, particulièrement incongru dans ces circonstances).

Selon ce reportage, aux Etats-Unis, noter ses professeurs serait « une pratique devenue populaire ». La présentatrice précise que « tous les professeurs » du pays sont « répertoriés » sur ce site.

2) Une enseignante dénigrée pour son obésité

L’exemple de Barbara nous est donné dans ce reportage : c’est une enseignante qui est mal notée. Pourquoi ? Parce que « ce n’est pas vraiment une prof, c’est plutôt le genre ouvrez-le-livre-et-apprenez-le-tout-seul ». Et surtout parce qu’ « elle est obèse, et elle fait de l’éducation à la santé, on devrait la virer sur-le-champ » dit le « journaliste », reprenant mot pour mot les termes écrits sur le site américain au sujet de ce professeur.

Selon ce message d’élève, il faut donc renvoyer cette enseignante et lui mettre de mauvaises notes parce qu’elle est obèse !

3) « Un fils d’enseignant qui regarde les notations de sa mère »

Mais l’interview la plus révélatrice est celle du créateur du site américain, Michael Hussey, « un fils d’enseignant qui regarde aujourd’hui sur internet les notations de sa mère ». Celle-ci fait bien son métier, car elle est « sympa et marrante » : c’est là, paraît-il, la définition du bon professeur. Michael Hussey se félicite, lui, de « mettre la pression sur les professeurs ». Il explique que « l’administration doit se poser des questions » au sujet des professeurs qui obtiennent de mauvaises notes.

Voilà donc la société telle que la souhaite note2be : une enseignante obèse dénigrée pour son obésité, un fils qui consulte sur internet les notes que les élèves mettent à sa propre mère, et des enseignants sous la pression d’un site personnel et de votes anonymes.

Le jugement rendu le 3 mars par le TGI de Paris et les conclusions que la Cnil rendra publiques le 6 mars constituent bien des moments capitaux pour notre société.

Diffusion de Note2be : un premier bilan.

Vendredi 8 février 2008

Note2be s’installe insidieusement, doucement mais sûrement, dans le paysage virtuel et audiovisuel français. Stephane Cola a été interviewé ce matin sur RMC, mentionné cet après-midi par Thierry Guerrier (C à dire, France 5) lors d’une interview de la secrétaire générale du Snes, et surtout présenté comme « invité-mystère » ce soir dans l’émission de Laurent Ruquier (On a tout essayé, France 2)

La complaisance de Laurent Ruquier face ce site infâme ne laisse d’ailleurs pas de surprendre. Un chroniqueur contre (Gérard Miller), un chroniqueur pour, et l’animateur malheureusement très gentillet voire doucereux avec M. Cola, mis en vedette pour l’occasion.

Les présentateurs sont généralement sensibles à « l’humour » de ce site. Il faudrait selon eux prendre ce site « avec humour ». C’est oublier la censure dictatoriale qui a été exercée contre nous, qui avons été bannis de note2be. C’est oublier aussi les conséquences désastreuses que ces notations démagogiques peuvent avoir sur la vie d’un prof.

Au bout d’une dizaine de jours d’existence, note2be a « lâché » à plusieurs reprises devant le grand nombre de connexions dont il était la cible. Ces ratés sont-ils calculés pour créer un effet d’attente, ou bien sont-ils involontaires ? Ils relèvent en tout cas soit de la stratégie marketing du site (qui demande à chaque fois une adresse-mail pour recontacter les éventuels intéressés), soit de l’incompétence informatique (de nombreux autres problèmes sont apparus depuis le lancement du site).

Faudra-t-il qu’un professeur courageux donne son nom en pâture pour se voir attribuer zéro, puis porte plainte contre X pour diffamation ? Est-ce là le seul recours possible ? M. Cola rêve-t-il de cet événement, qui finira par arriver ?

Que penserait-on de la création d’un site similaire sur les médecins – « notetondoc.com » – avec leur nom, leur adresse et une note pour les évaluer ?

N’hésitez pas à vous prononcer sur la mise en oeuvre de ces deux hypothèses, qui pourraient se réaliser plus vite que l’on ne pense en l’absence de toute démarche de la Cnil contre note2be.com.

Nous signalons enfin une action initiée par la liste de diffusion « Les mots tocsin », disponible à l’adresse suivante : http://motstocsin.autonomie.org/html/actions/notetesprofs_fevr2008.htm

Quelle honte !

Vendredi 8 février 2008

M. Cola vient de passer chez Laurent Ruquier, assénant contre-vérité sur contre-vérité !

1er mensonge : « 4000 profs » seraient notés sur son site !

Mais il s’agit pour bon nombre d’entre eux de faux profs, imaginés de toutes pièces, mais avec un nom plausible, par des professeurs qui s’y opposent !

 

2eme mensonge : La moyenne des vrais profs sur son site serait entre 14 et 15. Là encore, c’est inexact, les faux profs créés et inventés ont tous 20 ! Autrement dit, la moyenne de son site ne vaut rien du tout.

 

3eme mensonge, le plus grave : Les profs seraient paraît-il enthousiastes devant son idée !

Alors que nous avons été BANNIS de son forum ! Alors que les modérateurs de note2be ont passé des jours et des nuits à effacer les messages de ceux qui s’opposaient à note2be !

Comment cet individu peut-il se permettre de mentir à ce point !!!

 

Les mots manquent, et il faut espérer que note2be ne soit pas révélateur de ce qu’est le monde actuel.

Médias

Jeudi 7 février 2008

Comme cela était malheureusement prévisible, note2be commence à devenir connu de manière nationale.

 Hier cité sur liberation.fr, il a été mentionné aujourd’hui même sur France Info (à l’heure où les élèves et les professeurs se rendent en classe…). Il y aurait également eu mention de ce site sur les chaînes d’information télévisées (LCI ou I-Télé ? mystère…)

Les professeurs ont voulu tuer l’oeuf dans la coquille, mais il semble maintenant quasi impossible d’empêcher la diffusion de ce site.

Heureusement, les concepteurs de ce sit apparemment très peu doués en informatique, n’ont pas prévu de serveur assez vaste pour accueillir toutes les connexions, et le site a sauté…

Les deux Gribouille vont-ils récidiver, ou le site restera-t-il à l’état de ruine ?

Affaire à suivre… 

 

Note2be : une semaine déjà

Jeudi 7 février 2008

 Pour celles et ceux qui nous rejoindraient en cours de route (ce blog affiche déjà plus de 120 commentaires, tous favorables à notre initiative), rappelons brièvement le déroulement des événements tels que nous les avons vécus :

Mardi 29 janvier – Création du site note2be.com

Samedi 02 février – La nouvelle parvient sur un salon de jeunes professeurs. Quelques élèves ont déjà commencé à mettre des noms de professeurs, en particulier dansle collège Chaptal (Paris 8e)

Dimanche 03 février, 15h -  Alors que la nouvelle se répand par internet dans le milieu enseignant, un professeur s’inscrit sur le site sous le pseudonyme de Louis XIV. Il y note ceux qu’il appelle « les grands de ce monde » (ATTALI Jacques, SARKOZY Nicolas, MARX Karl, POCHARD Jacques, etc.) et laisse un message d’anthologie sur le forum de note2be, où il se réjouit d’avoir pu noter, bien qu’il soit mort depuis bientôt trois siècles, les hommes illustres qu’il affectionne. L’idée est lancée : un deuxième utilisateur, sous le pseudonyme de Jules Ferry, se met lui aussi à inventer des noms farfelus : Mme Miss France, professeur d’esthétique sur l’île de la Réunion, M. Dieu, enseignant l’athéïsme à Paris I, ou M. TALON Achille, professeur de dessin au lycée Jean Main. Le mouvement s’accélère : les professeurs, qui parlaient de ce site entre eux, rejoignent les deux premiers internautes et, sans se concerter, se lancent un concours d’imagination et d’invention : ainsi apparaissent M. Obélix, professeur de sciences de la matière option Menhir, M. Dumbledore ou Mme ZARAI Rika.

 Dimanche 03 février, 19h – Alors que le site est rempli d’au moins 1000 noms de « professeurs » inventés, tous gratifiés d’un encourageant 20/20, les modérateurs du site interviennent. Il leur faut plusieurs heures pour nettoyer ce qu’ils appellent du « vandalisme » et du « sabotage ». Les professeurs découvrant l’intervention des « modos » se donnent l’alerte et reviennent en masse pour empêcher ce nettoyage et bombardent le site de Mme RYKIEL Sonia, professeur de couture, de Mme MORGAN, professeure au lycée Saint-Michel, ou de Mlle GRANDET Eugénie, professeure au lycée Balzac.

Du dimanche 03 février au jeudi 07 février – Voyant que leur site est décrédibilisé, et que les dégats sont énormes, les modérateurs décident de bannir un à un les professeurs inscrits sur leur forum. Il leur faudra plus de quatre jours pour effectuer ces bans, sans réel succès puisque les bannis reviennent sous différents pseudonymes, et snas pouvoir empêcher l’afflux massif de collègues venus noter M. CLAUDEL, professeur de catéchisme, ou M. BROSSARD, de l’école de la Savane.

Mardi 05 février – Ce blog est créé pour rassembler les bannis du site note2be, et se veut la plate-forme virtuelle la plus efficace pour lutter contre note2be. Il vient renforcer les prises de position des différents syndicats et des nombreux collègues indignés.

Note2be, une semaine déjà.

Note2be, une semaine de trop.

Note2be n’est pas un canular !

Mercredi 6 février 2008

Attention, Note2be.com n’est en rien un canular.

 Malgré le grotesque des justifications qu’ils allèguent pour étayer leur projet démagogique, Note2be.com n’a rien d’un site comique.

 Bien au contraire, ce ne sont que l’obstination et la révolte d’une cinquantaine de professeurs (et nous sommes toujours plus nombreux, malgré les bannissements dont nous sommes l’objet), qui rendent ce site comique au premier abord.

 En réalité, il n’en est rien ! Les créateurs de ce site ont investi de l’argent pour sa création ! Les créateurs sont insensibles à tous les rappels éthiques des professeurs, à toutes les injonctions juridiques que leur ont faites syndicats et professeurs, et surtout (le plus grave certainement) à tout sens de l’humour de la part de ceux dont ils risquent de provoquer la ruine.

 Ne vous méprenez donc pas, et ne sous-estimez pas le pouvoir de nuisance d’un tel site.

 Hasta siempre !

 Montag.

Provocation !

Mardi 5 février 2008

 On peut lire le message suivant sur le forum de note2be.com, rédigé par le « modérateur » du site (nous mettrons à l’avenir le mot « modérateur » entre guillemets, étant donné la façon partiale dont l’intéressé remplit son rôle) :

« Par note2be, Mardi 5 Février 2008, 22:44

Certains profs se sont emparés de ce forum. Ils ont manifestement du temps. Ils en ont fait une tribune anti note2be. Nous avons tous compris qu’il ne servait à rien d’essayer de les convaincre… Pour autant, nous sommes particulièrement heureux des chiffres de fréquentation qui ne cessent de monter. Nous sommes par ailleurs convaincu qu’une fois passée la période de découverte, manifestement difficile pour certain, ce site trouvera toute sa place et son utilité dans la réflexion sur l’école, comme ce fut le cas avant lui, de tous ses grands frères étrangers. Merci de votre aide ! »

Outre les fautes d’orthographe ridicules qui émaillent ce message, on y voit donc la stratégie pitoyable suivie par MM. L***, C*** et R** B** : utiliser le nombre de profs venus pour saccager leur site afin de faire croire que leur opération démagogique plaît.

On attend impatiemment la visite de la Cnil.

Un échange intéressant.

Mardi 5 février 2008

Voici ce que l’on peut lire actuellement sur le site note2be.com.

 1) Par fdl592, Mardi 5 Février 2008, 01:05

Les noms et adresses sont donc corrects quand on cherche sur whois ?

Nous avons bien affaire à

person: stephane c***

nic-hdl: SC3***-GA***

address: 13-15, rue L***

address: 7500*

address: Paris

address: France

phone: +33.68693****

e-mail: ***@villes-images.com

 

Je pose la question car j’ai un problème : Monsieur C*** déclare une autre adresse pour l’autre nom de domaine dont il est le propriétaire ; il y aurait une fausse déclaration dans l’air ou vous allez mettre les données à jour rapidement ?

villes-images.com

Owner Name: Stephane C***

Owner Street1: 12 av d’***

Owner City: paris

Owner Postal Code: 75***

Owner Country: FRANCE

Owner Phone: +33.68593****

Owner Email: ***@ifrance.com

Par respect pour les personnes mentionnées, nous ne prendrons pas parti, et nous nous engageons à supprimer les données ci-dessus si elles se manifestent.

 Précision : ces données, pourtant entièrement PUBLIQUES, ont été effacées du forum de MM. C*** et L***. Leur caractère étant entièrement PUBLIC, on ne peut que s’interroger sur leur disparition subreptice.

Une réponse !

Lundi 4 février 2008

MM. C***, L***et consorts ont fini par répondre à l’utilisatrice de leur site. On comprend qu’ils aient hésité longtemps avant de faire leur réponse.

 Rappel des faits : une utilisatrice évoque la Loi informatique et liberté :

M. C***,

je vous ai écrit 2 mails pour faire valoir mon droit à ce que ni mon
nom ni mon établissement n’apparaissent sur votre site, droit que la
CNIL m’a confirmé que je possédais, car selon eux il s’agit bien de
données privées. J’attends toujours que vous ayez l’obligeance de me
confirmer que vous veilleriez à ce que cela ne soit pas le cas. Votre
absence de réponse, pour moi, est du mépris.

Je me permets de vous rappeler l’article 38 de la loi informatique et
liberté du 6 janvier 1978, concernant le droit d’opposition :
 » – Toute personne a la possibilité de s’opposer, pour des motifs légitimes, à figurer dans un fichier.
- Toute personne peut refuser, sans avoir à se justifier, que les
données qui la concernent soient utilisées à des fins de prospection,
en particulier commerciale.
- En principe, toute personne peut décider elle-même de l’utilisation
de données la concernant. En ce sens, elle peut refuser d’apparaître
dans certains fichiers ou de voir communiquer des informations sur
elles à des tiers. »

J’entends donc fermement exercer mon droit d’opposition à figurer dans
votre « fichier », et au cas où il y apparaîtrait, comptez sur moi pour
faire valoir mes droits devant un tribunal.

 

Voilà ce que répond le site note2be, Lundi 4 Février 2008, 23:46 :

Il faut croire que cette question tourne à l’obsession chez vous. Pour demander à être effacée du site, encore faut-il y être… Si un jour l’un de vos élèves décidait de vous noter, n’hésitez à revenir vers nous. Dans l’attente, nous vous souhaitons une bonne nuit !

Nestor Burma disait : « Par charité chrétienne, je ne ferai aucun commentaire ».

 Il en faut un cependant : L’utilisatrice a demandé à NE PAS figurer dans ces fichiers. Le modérateur lui a répondu : « Vous y figurerez si quelqu’un vous y inscrit à votre insu, et si ensuite vous venez réclamer, nous vous en effacerons. »

On attend impatiemment le commentaire de la CNIL.

12